goto:https://youtu.be/Gb5pRI9MQiY
Mes chroniques cinéma retour
Si j'aime autant le cinéma, c'est que grace à Costa-Gavras j'apprends ce qu'est la violence d'un coup d'état. Ken Loach me montre la réalité des couches sociales défavorisées de l'Angleterre. Dans "Rebelles", Allan Mauduit, à travers la noirceur de ses personnages, nous révèle une belle humanité. — Vous ne trouvez pas ? Charles Crichton, en poussant le ridicule à son paroxysme, nous révèle ce qu'il y a de plus caché en nous, mais aussi de plus irrésistible. — Tout le monde aime rire, non ? Après, difficile de trouver un film du même calibre... Mais si ! Dans "Joyeuses funérailles", Frank Oz confronte l'univers des bonnes manières à l'immoralité la plus absurde. — Un film à consommer sans modération, non ?
J'étais à la recherche d'un nouveau film. En faisant la vaisselle j'ai revu Josiane Balasko devenir une diablesse, et là j'ai su... — Les mecs, c'est pas des chics filles, si ? Avec mon frère Vincent, on hésitait à choisir ce film à cause de de sa couleur froide, mais avec Anders Thomas Jensen, un simple oubli, et tout part en vrille. — Jouissif, non ? S'attaquer à "E.T." était un vrai défi pour moi. Tout le monde a vu, connait, E.T., alors j'espère vous le faire découvrir sous un angle différent. Steven Spielberg nous offre un film contre le racisme, et la force de l'amour inconditionnel. — Quoi de plus magnifique ?